Comment détecter l’arthrose ?

L’arthrose se trouve être une dégénérescence du cartilage des articulations. Cette maladie ne provoque ni infection ni inflammation particulière.

Toutefois, cette dégénérescence conduit souvent à une destruction rapide du cartilage enrobant l’extrémité des os.

Les facteurs principaux de l’arthrose sont l’âge, les problèmes de rhumatismes, la génétique et les maladies osseuses et articulaires. L’obésité favorise aussi l’apparition de l’arthrose au niveau des genoux et des hanches.

Les signes de cette affection peuvent être une douleur qui se déclenche et s’aggrave par le mouvement. La douleur en question peut aussi gêner l’endormissement et engendre des réveils nocturnes. À la longue, il se pourrait que les excroissances osseuses ostéophytes produisent des déformations des articulations visibles au niveau des genoux et des mains.

Les méthodes pour diagnostiquer l’arthrose

En général, la consultation d’un patient atteint d’une arthrose commence toujours par l’interrogatoire. Le praticien lui pose de nombreuses questions pour évaluer les caractéristiques de sa douleur. Certaines personnes confondent arthrose et arthrite de par leur symptômes communs que sont les douleurs au niveau des articulation. Par rapport à ses réponses, le médecin peut évaluer la douleur comme étant une douleur arthrosique mécanique ou non. Un examen clinique est aussi nécessaire pour détecter la présence d’une douleur entraînée à la palpation. Les déformations articulaires, la présence d’un épanchement liquidien et l’amplitude des mouvements restant possibles sont aussi examinées.

Si le professionnel de la santé n’arrive pas à confirmer l’arthrose, des examens et des analyses supplémentaires sont aussi nécessaires. Il va falloir que le patient effectue des prises de sang. Quand il y a un épanchement de liquide intra-articulaire important, une ponction articulaire est indispensable. L’évolutivité d’une arthrose peut être rapide ou lente. L’échographie, l’IRM ou le scanner ne permettent pas de connaître l’existence d’une arthrose.

Mais le moyen le plus simple d’identifier la maladie arthrosique est la radiographie. On peut facilement détecter le pincement articulaire et la condensation de l’os sous le cartilage. Cette technique permet aussi de connaître la présence de géodes ou trous à l’emporte-pièce autour de l’articulation ou dans l’os. Il sera également facile de démontrer l’apparition d’un ostéophyte ou un surplus d’os au niveau de l’articulation. À noter que cet examen médical est simple à réaliser et complètement indolore.

Les conseils pour traiter l’arthrose

Par rapport aux douleurs ressenties par le patient, le médecin propose des médicaments. Dans la plupart des cas, de simples antalgiques font l’affaire. Il se pourrait aussi que le praticien effectue des injections intra-articulaires d’acide hyaluronique ou d’anti-inflammatoires stéroïdiens. Des études ont montré que les corticoïdes et les AINS ralentissent l’évolution de l’arthrose vers l’akylose. Cependant, une mise en repos de l’articulation aide à éviter les déformations et à soutenir l’articulation pour atténuer la douleur. Il ne faudra pas non plus trop prolonger ce repos puisqu’il deviendra difficile de remobiliser l’articulation en cause. Un exercice physique modéré est fortement recommandé en dehors des périodes douloureuses. La bicyclette ou la marche est préférable pour ceux qui souffrent de l’arthrose de la hanche.